Séparer le mythe de la fiction

Tome I: L'Envol du Dragon Rouge

ATTENTION : Avant de poursuivre la lecture de cette section, soyez avisé qu’elle contient des révélations sur l’histoire et l’intrigue du roman l’Envol du Dragon Rouge. Si vous n’avez pas encore lu le livre, veuillez plutôt cliquer ici pour vous le procurer. 

  Dans cette première aventure de Samuel, notre héros préféré est transporté en Bretagne antique, où les Bretons, menés par le roi Vortigern, sont en fuite devant les Saxons, qui envahissent l’île qui deviendra la Grande-Bretagne telle que nous la connaissons aujourd’hui.

 

  Pour mettre fin à sa fuite, Vortigern décide de bâtir une forteresse sur la colline de Dinas Ffaraon (qui deviendra Dinas Emrys). Malheureusement, chaque matin, le roi trouve les travaux de la veille réduits en ruines, puisque la colline tremble chaque nuit.

 

  Après une discussion avec ses conseillers, Vortigern envoie des hommes trouver un garçon né d'une mère vierge, et ceux-ci lui rapportent un certain Myrddin Emrys, mieux connu sous le nom de Merlin. Vortigern planifiait de verser le sang du garçon sur la colline, mais ce dernier lui raconte plutôt une histoire selon laquelle Llud Llaw Eraint, héros de la mythologie Welsh, enferma deux dragons dans un lac sous la colline. Il révéla également au roi que le dragon blanc, représentant les Saxons, gagnait en ce moment la bataille entre les deux dragons, mais que bientôt, il serait défait par le dragon des Bretons, aux écailles rouges.

 

  Bien entendu, dans le roman, Samuel joue un rôle important dans le succès des Bretons, mais examinons ce qui appartient au mythe original et de l’histoire, sans les embellissements de votre auteur favori!

L'origine de la légende

Statue de saint Gildas

Les détails entourrant l'arrivée des Saxons sur l’île de Bretagne sont d’abord racontée par Gildas, un historien et ecclésiastique ayant vécu au 6e siècle, dans son ouvrage intitulé De Excidio et Conquestu Britanniae (Sur la Ruine et la Conquête de la Bretagne). Il s’agit d’un sermon qui est la source principale de l’histoire de la Grande-Bretagne durant le 4e et 5e siècle.

 

Toutefois, saint Gildas ne nomme jamais Vortigern comme responsable de la conquête des Saxons, préférant plutôt parler de lui comme « le fier usurpateur ». Il faudra attendre l’Historia Brittonum (l’Histoire des Bretons), un ouvrage anonyme datant vraisemblablement du 9e siècle, avant de connaître l’identité de Vortigern.

 

Finalement, ce n’est que dans l’ouvrage de Geoffroy de Monmouth, évêque et historien du 12e siècle, que nous apprenons la légende des dragons. Son récit contenu dans les pages de son Historia Regum Britanniae (Histoire des Rois de Bretagne) raconte comment un jeune garçon, nommé Myrddin Emrys, révéla à Vortigern la présence des deux dragons sous la colline de Dinas Ffaraon.

Vortigern

Anonyme, 15e siècle

Est-ce que Vortigern a véritablement existé, et est-il réellement responsable de l’arrivée des Saxons en Bretagne? Voilà une question à laquelle personne n’a la réponse. Les sources racontant son histoire sont toutes vagues ou incomplètes, et leur interprétation diffère d’un expert à l’autre. De plus, certains croient même que Vortigern serait plutôt un titre qu’un nom, ce qui génère encore plus de confusion dans l’histoire.

 

Selon toutes vraisemblances, un homme d’importance aurait vécu en Bretagne entre l’occupation romaine et l’arrivée des Saxons, et il serait responsable de la conquête de l’île par ces derniers. L’est-il vraiment ou l’histoire fut-elle amplifiée par les historiens du 9e et 12e siècle? Nous ne le saurons probablement jamais.

 

Dans mon roman, le personnage de Vortigern est basé sur la description qu’en fait Geoffrey de Monmouth. Il qualifie le souverain de mal chanceux plutôt que d’usurpateur, le dépeignant comme un roi contre qui s'acharnait la guigne. De plus, dans le récit original de la légende, Vortigern ne meurt pas avalé par un dragon. Il remet plutôt la colline à Merlin ou Ambrosius Aurelianus, puis il quitte les lieux. Certains croient qu'il est ensuite devenu fou pour avoir ouvert la porte de le Bretagne aux Saxons.

Myrddin Emrys

Merlin, illustration du Moyen-Âge

Que dire à propos de Merlin, ou Myrddin Emrys, qui n’a pas déjà été raconté? Ce personnage célèbre de la mythologie arthurienne est sans doute l’un des plus populaires auprès des amateurs de romans fantastiques, et son nom est synonyme d’aventures et de gloire par l’épée.

 

La description populaire de Merlin apparaît tout d’abord dans l’œuvre de Geoffrey Monmouth et son Historia Regum Britaniae, dont j’ai parlé plus haut. Il serait basé sur un amalgame de personnages célèbres, dont le barde fou Myrddin Wylit, et le chef de guerre historique Ambrosius Aurelianus.

 

Au départ, le nom du personnage tend à changer d’un récit à l’autre, ce qui crée une certaine confusion sur son identité véritable. Parfois, on attribue même à Merlin le nom d’Ambrosius, et parfois, ce dernier est un tout autre personnage.

 

La légende de Vortigern et des deux dragons est l’un des premiers récits présentant le personnage de Merlin, alors qu’il n’est encore qu’un enfant. Selon la source de l’histoire, Geoffrey Monmouth, Merlin serait né d’une mère vierge, et conçu par l’intervention d’un incube, un démon qui attaque les femmes dans leur sommeil.

 

Pour mon histoire, j’ai décidé de rester avec l’interprétation de Geoffrey Monmouth et de baser mon personnage de Merlin sur la version de l’historien. Que Merlin fut élevé dans un monastère par Maître Blaise est par contre tiré d’un poème de Robert de Boron, simplement intitulé Merlin.

Ambrosius Aurelianus

Le Roi Arthur, par Julia Margaret Cameron

Ambrosius Aurelianus (parfois appelé Aurelius Ambrosius) est probablement le personnage le plus historiquement authentique du roman. L’existence de ce dernier est attestée dans plusieurs ouvrages, et il est d’ailleurs l’un des rares personnages nommés par Gildas dans son œuvre, De Excidio et Conquestu Britanniae. Plusieurs croient également qu'Ambrosius Aurelianus serait le véritable roi Arthur.

 

Décrit comme un chef de guerre par Gildas, Ambrosius aurait remporté une importante bataille contre les Anglo-Saxons au cours du 5e siècle. L’historien nous apprend également qu’Ambrosius serait de naissance aristocratique et qu’il « porterait le pourpre », ce qui pourrait vouloir dire qu’il était d’une famille militaire romaine.

 

Ce n’est que dans l’œuvre de Geoffrey Monmouth, le Historia Regum Britanniae, qu’Ambrosius est identifié comme un fils de Constantine III, et le frère de Constans II et d’Uther Pendragon. C’est aussi selon Geoffrey Monmouth qu’Ambrosius et Uther auraient été exilés de la Bretagne après le meurtre de leur frère, ce qui est peu probable historiquement.

Uther Pendragon

Uther Pendragon, par Howard Pyle

Père du légendaire roi Arthur, le personnage d’Uther Pendragon est particulièrement énigmatique. Décrit plus en détail de l’ouvrage Historia Regum Britannaie, de Geoffrey Monmouth, Uther est le frère cadet de Constants II et d’Ambrosius Aurelianus.

 

L’épithète Pendragon lui aurait été attribué après qu’Uther eut aperçu une comète en forme de dragon, alors qu’il se rendait en Irlande pour aider Merlin à transporter les pierres pour la construction de Stonehenge. Le nom se traduit par « chef des guerriers », et ce n’est qu’à partir de l’œuvre de Geoffrey Monmouth que la signification devient « tête de dragon. »

 

Uther Pendragon était considéré comme un roi fort et juste, défendeur du peuple. Après la mort de son frère Ambrosius Aurelianus, c’est Uther qui aurait combattu les Saxons et mis fin à la guerre contre les envahisseurs.

Le dragon du Pays de Galles

Welsh Dragon Memorial, Mametz Wood

Appelé également Y Draig Goch, le dragon rouge est l’emblème du Pays de Galles. Les récits les plus anciens faisant mention du dragon remontent au 9e siècle, dans l’ouvrage anonyme Historia Brittonum. On croit également qu’il aurait servi d’emblème de guerre au roi Arthur, ainsi que plusieurs anciens chefs de guerre celtes.

 

Dans les Manibogion (ou les Quatre Branches du Manibogi), une collection de poèmes précédant l’œuvre de Geoffrey Monmouth, on retrouve une première histoire racontant l’origine de dragon rouge. Cette histoire décrit comment Lludd Llaw Eraint, héros légendaire de la mythologie celtique, enferma deux dragons dans un lac sous Dinas Emrys, alors appelé Dinas Ffaraon.

 

Chaque premier jour de mai, à l’occasion de la fête de Beltaine, un cri strident retentissait à travers la Bretagne. Ce cri faisait perdre leur force aux hommes, leur bébé aux femmes enceintes, et la raison aux jeunes gens. Après avoir découvert l’origine du cri, Lludd fit creuser un puits près de Dinas Ffaraon, y plaça un chaudron de bière au fond et une couverture de satin par-dessus. Lorsque le dragon rouge et le dragon blanc tombèrent dans le puits, épuisés par une nuit de combat, ils furent enveloppés par la couverture de satin, et plongés dans la bière, qu’ils burent jusqu’à s’endormir profondément.

 

Lludd Llaw Eraint fit alors transporter les deux dragons sous Dinas Ffaraon, où il les enterra jusqu’à ce que Vortigern les déterre de nouveau.

Dinas Emrys

Dinas Emrys, anciennement appelée Dinas Ffaraon, est une petite colline boisée, située près de Beddgelert, dans la région de Gwynedd, au Pays de Galles (SH606492). Le sommet s’élève à un peu moins de cent mètres de la vallée de la rivière Glaslyn.

 

Les ruines d’habitations et de fortifications sont toujours présentes sur la colline, et la construction de celles-ci daterait pour la plupart du Moyen-Âge. Par contre, certains des plus anciens vestiges remontent jusqu’au 1er ou 2e siècle, ce qui indique que certaines tribus celtes avaient probablement établi des campements sur la colline.

 

Un trou creusé aux environs du 5e siècle se trouve à travers les ruines des habitations, et serait probablement celui auquel fait référence la légende du dragon rouge. De même, des indices concernant la construction des fortifications indiquent qu’elle aurait été recommencée à plusieurs reprises, ce qui inspira probablement la légende au départ.

 

Une autre légende mentionne que Merlin aurait enterré un trésor dans une grotte sous Dinas Emrys. Celui qui découvrira le trésor aura les yeux bleus et les cheveux dorés, toujours selon la légende. Lorsque cet être chanceux sera près de la colline, une clochette retentira pour l’inviter à prendre possession de son trésor, après que la porte de la grotte se soit ouverte par magie à l’approche de l’élu.

Print Print | Sitemap
© Martin Rouillard